Faut-il regarder Burlesque, le film?

Burlesque Magazine

Ça en a le nom, ça y ressemble car il y a des plumes, des strass, des perruques, des filles peu vêtues et un peu de féminisme. Mais est-ce que c’est du burlesque ?
Attention spoiler : EH BAH NON !

Burlesque, film réalisé par Steve Antin en 2010, dure 1h59 et est noté 6,4 sur 10 sur la bible du cinéma (et la mienne) le site IMDB. On peut y lire le pitch suivant : « Une jeune chanteuse qui attend son heure et un club de Hollywood qui attend un miracle. Que le spectacle commence ! » Tout un programme. 

Le film commence comme un gros cliché : Ali jeune femme blonde et provinciale, qui bosse comme serveuse, décide de quitter son Iowa natal pour tenter sa chance à Los Angeles. Elle y cherche un job, rentre dans le club Burlesque Lounge un peu au hasard, et là c’est la révélation !

Tu m’étonnes ! Vingt artistes sur scène, des acrobates, un live band de 6 musiciens avec leur propre stage, cinq serveurs et autant de barmans, un régisseur of course et même un poursuiteur ! Y’a jamais de poursuiteur ! Et le tout pour la modique de somme de 20 dollars l’entrée! 

C’est surement pour ça que le club est en faillite, mais ça c’est l’histoire secondaire. 

Passé le peu de réalisme de ce spectacle (loges de folie, scène gigantesque, lumières de malade, un escalier digne du Casino de Paris qui apparaît de nulle part, et j’en passe) cela reste un divertissement agréable. Le club est beau, les filles sont jolies, minces et jeunes (faut pas déconner) et Cher sauve un peu le tout avec son charisme et son visage lunaire (est-ce qu’elle pleure, est-ce qu’elle rit ?).

Mais revenons à l’histoire, Ali, jouée par Christina Aguilera, commence au bas de l’échelle à servir les cocktails en body moulant, puis finalement monte sur scène et là c’est beau c’est fort c’est grand. Non en vrai les costumes sont moches et les chorégraphies du sous Crazy Horse. 

Et l’effeuillage burlesque, la danse exotique alors ?

Et bien y’en a pas, que dalle, wallou, que tchi !

Si vous vouliez vous rincez l’œil, passez votre chemin. Pas de strip tease, bon si à un moment l’heroïne enlève son soutien gorge en perles et se cache la poitrine avec des plumes, ça dure 20 secondes et puis c’est tout !

Alors pourquoi ça s’appelle Burlesque ? Si quelqu’un le sait ça serait sympa de me le dire ! Peut-être parce que le burlesque c’est cool et edgy et un peu sulfureux ? On en est loin ici… Nous assistons à du cabaret, de la revue, de la choré de groupe. Alors c’est divertissant, on est loin de mon film culte Showgirls de Paul Verhoeven, mais franchement je ne peux pas dire que ça m’ai déplu.

Les chansons sont entêtantes et rythmées, ça donne envie de bouger son postérieur et de tout plaquer pour faire carrière à LA et porter des Louboutin (le comble du chic pour nos amis américains). La petite histoire romantique est mignonne. 

La scène de danse finale sauve un peu le tout mais je venais de finir ma bouteille de vin à ce moment là… 

Alors ça vaut le coup de visionner ce « Drame musical devenu classique » ou non ?

Dressons les point positifs et les points négatifs pour nous aider : 

+ Une femme mature propriétaire d’un établissement et productrice, des femmes sur scène, et des femmes qui se rendent compte qu’il vaut mieux travailler ensemble que de se faire la guerre. Amen.

+ L’héroïne qui veut tout connaître de sa nouvelle passion et qui se documente sur  l’histoire du burlesque avec quelques plans sur sa bibliographie.

+ Beaucoup de faux cheveux (même si pas super quali)

– À vous de trouver la séquence où une danseuse porte la couture de ses bas devant (mon Dieu, j’ai failli m’évanouir)

– Le stylisme mi-Gemo mi-Aliexpress (oui j’exagère un peu)

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Team Welcome to Burlesque ou Team I don’t think so bitch ?