Interview de la performeuse parisienne Taki Watanga

Burlesque Magazine

Avant la pandémie du Coronavirus, cette américaine installée à Paris depuis plus de 20 ans organisait des spectacles au Sister Midnight Bar dans le quartier de Pigalle à Paris, où se mélangeaient burlesque, textes, shimmy, chant et comédie.

2020 a été une année dévastatrice pour les artistes travaillant dans des clubs et bars de nuit. Tiki a du s’adapter à la crise en proposant notamment des spectacles sur des terrasses et autres espaces ouverts et allant même jusqu’à créer son propre petit plateau video, « The Shoebox Theater » – Le théâtre boîte à chaussures – dans son appartement de Montmartre.

Burlesque Magazine

Rencontrez Taki Watanga, une artiste parisienne au style fantastique et exubérant, haute en couleurs et en imagination!

Quelles sont tes plus grandes influences, burlesques et autres?

« Oooh la laaaa! Je pourrais tapisser un escalier entier vers les étoiles avec une telle liste!
Les classiques principalement: Mae West, Josephine Baker, Gypsy Rose Lee, TOUS les personnages/toutes les filles de Big Spender, Shirley McLaine, Lucy, Carol Burnett, Carol Channing, Judy Holliday, Frankenfurter, Divine, Liza, Bob Fosse, Bette Midler , Dirty Martini… ARRÊTEZ-MOI! »

Qui t’a donné l’envie de mêler burlesque et style Drag dans tes performances?

« C’est mon ami chéri, Mark Hedges, le directeur du célèbre Phantom of the Opera à Londres. Il m’a lancée ce défié il y a environ un an et demi et nous avons foncé. »

À une époque où tout le monde aime se mettre en scène, comment décris-tu ton style? Par exemple, as-tu un gimmick spécial?

« J’ai un style fantaisiste et chimérique, intemporel et aimant. Et une belle énergie. »

Quelles compétences spéciales as-tu?

« L’Amour… Taki est connue pour donner le sourire. Et je sais jouer une note à la concertina!

Combien de temps faut-il pour réaliser ta coiffure et ton maquillage?

« Ça dépend si je me sens jeune ou pas ce jour-là. »

Taki au Sister Midnight Bar à Pigalle

Qu’y a-t’il de plus controversé à ton sujet?

« Le fait que Taki vienne d’une autre planète, de la ville de Tipiteenys, dans le comté de Tipazonia, de la planète de Kizmatia et de la galaxie de Kizmatiaja. »

Que dirais-tu aux gens qui ne comprennent pas qu’une personne qui s’identifie comme femme puisse jouer en tant que Drag-Queen?

« S’ils n’arrivent pas comprendre la blague, qu’ils aillent se faire voir « .

Qu’est-ce que ton art libère en toi?

« L’intemporalité. Une nouvelle couche de peinture de temps en temps, à laquelle on ajoute des cristaux et des diamants…. Et hop, Taki se sent alors invincible! »

Penses-tu que ton art puisse libérer les autres?

« Absolument – il est contagieux! »

Taki jouant sur une terrace à Pigalle pour s’adapter aux normes sanitaires

Retrouvez Taki Watango sur Facebook et bientôt à nouveau sur notre site pour une surprise!

L’article en anglais ici.