La Boudoir School à Reims

Burlesque Magazine

C’est décidé, toi aussi tu veux faire de l’Effeuillage Burlesque. Mais voilà, il ne suffit pas de monter sur scène et d’enlever ton soutif pour être une effeuilleuse Burlesque.
Tu as besoin d’apprendre les techniques, les trucs et astuces, les do et les don’t. Oui, Luke Skywalker n’est pas devenu Jedi en claquant des doigts, il a appris ! Le Burlesque c’est pareil, avant de devenir la diva du dancing, tu passes par la case Padawan. 
Workshops, cours hebdomadaires, mais aussi ateliers make-up, talons, coiffure, nippies, il existe des écoles spécialisées dans l’effeuillage Burlesque. Et comme on est sympa chez Burlesque Magazine, on a recensé toutes les écoles de Burlesque de France et même que je m’y colle pour t’en faire des articles détaillés. De rien.

Première école à passer sous mon analyse : la Boudoir School.

Non, elle n’est pas à Paris, mais plutôt à 45 minutes de la capitale. Non pas en banlieue. Ni en Île-de-France. Située à Reims dans le Grand Est (45 minutes de TGV donc), la BS (pour les intimes) se qualifie d’école de féminité. Véritable coffret à bijoux chic et rétro, porté par sa créatrice Antoinette Boudoir, les champenoises poussent la porte de cette espace confidentiel de plus de 120 m2 pour y apprendre l’effeuillage burlesque, mais aussi et surtout, pour retrouver leur confiance en elle.


Pour m’éclairer un peu plus sur cette école, j’ai interviewé sa fondatrice, Antoinette Boudoir.

Quel est ton parcours burlesque ?

Le burlesque est venu à moi il y a 10 ans. À l’époque, je faisais partie d’une compagnie de danse orientale et je venais d’envoyer valser ma vie conventionnelle. Je me cherchais.   
En 2010 je découvre le film Tournée de Mathieu Amalric avec la troupe américaine du Cabaret New Burlesque. Puis je rencontre Miss Glitter Painkiller en 2011. Ensuite, je crée la troupe Secrètes Boudoir en 2012 et elle en devient la marraine.  Enfin, je fonde la Boudoir School en 2015.

Pourquoi as-tu créé cette école ?

Il s’agit d’un concept unique. Nous sommes dans une époque où les femmes doivent être irréprochables en tant que mères, épouses, employées… 
Une époque où l’image compte plus que tout, où les avis sont partout sur les réseaux sociaux, dans la rue… Nous devons être « séductrices, mais pas provocantes, sexy, mais pas vulgaires, avoir bonne mine sans avoir l’air maquillée, porter des escarpins oui, mais attention vis-à-vis du travail, de l’école, des jupes oui, mais pas trop courtes… »  Beaucoup se retrouvent littéralement perdues entre envies, conscience et jugement.
 

Nous ne naissons pas femmes. Les expériences de nos vies peuvent remettre en cause notre confiance, bouleverser notre «curseur féminin ». Un corps qui change, une grossesse, une séparation, une éducation très stricte, une maladie, une agression verbale ou physique, des croyances limitantes… Tous ces phénomènes ont une action sur notre image et notre confiance. 
Nous pouvons à tous moments nous oublier, devenir invisibles, ne plus prendre soin de nous, ne plus oser. Alors ici nous apprenons à renaître, à être soi, à s’accepter, à faire de ses défauts des atouts, à jouer de ses points forts. À être celle que nous désirons.
 

Qu’est-ce que ça a changé pour toi ?

Je constate que notre société perd des valeurs fondamentales : la valorisation, la bienveillance, la reconnaissance, le respect et la liberté. On catégorise et catalogue les gens.
Je me suis battue pour imposer la Boudoir School, une école où l’on dénude le corps, mais surtout l’âme. Aujourd’hui encore rien n’est acquis, mais la reconnaissance est là auprès de délégations gouvernementales, associations de défense des femmes, de lutte contre le cancer. J’ai tellement de témoignages incroyables et bouleversants. Aider les femmes à oser est le plus beau métier du monde. C’est ma vocation, ma vie.
 

Pour finir, dis-moi qui t’a inspiré ?

Je reste fascinée par certaines femmes : Coco Chanel, Marlene Dietrich, Kiki de Montparnasse. Parties de rien, elles ont su s’imposer et s’émanciper. En Burlesque, sans nul doute Catherine D’Lish.

Mais quels sont les cours dispensés à la BS ?

Pas moins de trois professeures de Burlesque, et effeuilleuses confirmées, assurent les cours collectifs hebdomadaires. Tout au long de la semaine, les cours sont répartis par niveau et composés de petits groupes pour un meilleur apprentissage. Et comme pour Skywalker, les élèves travaillent d’abord les bases : maintien, posture, déplacements, gestuelles. Puis, au fil de l’année, arrivent toutes les techniques pour se déshabiller, le maniement des accessoires (sans sabre laser), mais aussi la théâtralité. Travail et discipline sont les maîtres mots, mais toujours dans la bonne humeur.Les élèves apprennent des chorégraphies qu’elles présentent au Cabaret des Convoitises, la scène ouverte qui leur est consacrée plusieurs fois dans l’année. L’apprentissage peut aussi être complété par de cours particuliers.

La Boudoir School a plus d’un tour dans son sac. Des cours différents du Burlesque, mais toujours accès sur la féminité sont aussi proposés : le Lady Style, une discipline de danse latine et swing en solo réservée aux femmes, et le Yoga Feminity, une discipline pour évoluer au rythme des cycles et des problématiques féminines. Ces disciplines sont enseignées par deux professeures spécialisées et diplômées.

Les professeures de ces disciplines ont accepté de m’en dire plus sur leurs cours : 

Debora Bourdon, professeure de Lady Style, danseuse professionnelle spécialisée dans les danses de salon :

« Cette école de féminité est une bulle de bienveillance où chaque femme trouve sa place et se dépasse grâce à la danse et l’expression corporelle. Je souhaite que mes élèves aient pu se surpasser, s’améliorer, mais surtout rire et se détendre. La cohésion de groupe et la passion sont les moteurs de ce cours.  »

Mélanie Delabarre, professeure de Yoga, diplômées et certifiée.

« Au sein de la Boudoir School, j’ai élaboré le Yoga Feminity qui est complètement innovant, c’est un yoga qui suit le cycle féminin dans toutes ses fluctuations, qui travaille avec beaucoup de développement personnel et de renforcement de confiance en soi et d’estime de soi. Une création pour que les femmes puissent vivre leur féminité dans le maximum de leur potentiel en toute bienveillance envers elle-même. »

Tu l’as compris, la Boudoir School n’est pas qu’une école de Burlesque.
La Boudoir School a vocation à aider les femmes dans leur parcours de vie. L’apprentissage de l’effeuillage Burlesque sert de booster . Les professeures prônent la bienveillance dans une parenthèse de bonheur, c’est beau, on dirait du maitre Yoda.

Voici quelques témoignages d’élèves :

Rentrer à l’école fut pour moi l’occasion d’accentuer ma féminité, mettre l’accent sur mes “défauts” pour les accepter encore plus, apprendre à s’affirmer, être soi pour soi.

Émilie, 38 ans, éducatrice en prévention spécialisée.

Quelle libération ! Que d’adrénaline ! Et de dire ouiiiiiiiiii je l’ai fait. J’ai trouvé à la Boudoir School une vraie armée de femmes, solidaires, bienveillantes.

Coco, 56 ans, secrétaire.

Je suis le seul homme à suivre des cours collectifs et à ma grande surprise, cela n’a jamais dérangé aucune de mes coéquipières ! C’est l’esprit de la Boudoir School, ici il n’y a aucun jugement que ce soit la taille, le poids, la corpulence, le genre, la sexualité…

Ludovic, 34 ans, technicien inacceptation des risques.

Quand on te dit que cette école est accès sur la féminité, ce n’est pas un mythe et ce n’est pas dans une galaxie très très lointaine.

Régulièrement, des grands noms du Burlesque sont conviés pour des stages de perfectionnement ou de découverte. Cherry Lyly Darling, Maud Amour, Soa de Muse, Minnie Valentine, la Big Bertha, Mamzelle Vivianne, beaucoup sont venus apporter leurs expertises pour compléter l’apprentissage des élèves. mais aussi des artiste d’autre discipline comme Ar de B. pour le voguing.

Mais où trouver la Boudoir School  ?

Non pas sur Tatooine mais dans son joli écrin, 1 rue du commerce à Cormontreuil (commune limitrophe de Reims). L’accès est facile, et il y a même quoi garer nos Faucon Millenium.

Tu peux aussi visiter le site internet boudoirschool.fr qui te donnera toutes les infos nécessaires ainsi que tous les événements.

Et sur les réseaux sociaux en suivant la page Facebook Boudoir School.