La petite histoire des Bubble Dances

Hollywood Steps Out

Il y a quelques mois, j’ai accouché d’un nouveau numéro intitulé « Moon dance ». Un effeuillage et une danse poétique autour d’un ballon symbolisant la Lune. Cette idée me trottait dans la tête depuis plusieurs années, après avoir été, comme beaucoup d’entre nous, hypnotisée par les performances de Sally Rand et Julie Atlaz Muz. 
Aujourd’hui j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur ce marronnier du burlesque classique qu’est la « bubble dance ». 

Sally Rand – La référence

Icône du burlesque depuis les années 30 et presque pionnière de la « bubble dance », Sally Rand a inspiré bon nombre d’artistes par ses performances pleines de grâce et d’audace. Elle est l’une des artistes les plus inspirées de sa génération, n’hésitant pas à développer ses propres accessoires.

Sally Rand crée sa « bubble dance » en 1934 pour la Chicago Fair comme une alternative à sa danse d’éventails et pour éventuellement faire face au vent lors de ses performances en extérieur. Indépendante, elle finance, elle-même, le développement d’un ballon d’un diamètre de 152 cm équivalente à sa taille et transparent. Téméraire, elle affronte de nombreux problèmes techniques – à l’époque les seuls ballons disponibles étaient ceux utilisés par l’armée, très lourds et d’un diamètre de seulement 76 cm… Après de nombreux tests, sa « bubble dance » mythique est née. 

Sally Rand

Cette danse originale devient vite un succès et est interprétée par les observateurs de l’époque comme étant une allégorie poétique de la vie, bien qu’elle lui causât quelques soucis avec la justice. 

En 1938, c’est la consécration de cette danse lyrique qui ouvre les premières minutes du film Sunset Murder Case.

Les origines oubliées.

Mais danser avec un ballon, quel que soit sa taille, n’est pas nouveau dans le monde de la danse et du cabaret. Au début du XXème siècle, avec l’émergence de nouveaux styles de danse, des artistes n’ont pas hésité à utiliser cet accessoire pour faire vivre leur chorégraphie. 

On peut retrouver des traces de la « bubble dance » dès le début des années 20 avec, par exemple, la danseuse Grace Christie. Mais c’est surtout Desha Delteil qui retient mon attention avec sa chorégraphie filmée en 1920, et intitulée « The Bubble ». Tout comme Sally Rand, la performance de Desha Delteil a été immortalisée au cinéma dans Gloriying the American Girl, une comédie musicale produite par Florenz Ziegfeld. Également muse du sculpteur Harriet Whitney Frishmuth, Desha Delteil et sa bulle ont aussi servi de modèle pendant plus de 10 ans à l’artiste. 

Florenz Ziegfeld et la danseuse de music-hall Beth Beri ont aussi rendu cette danse populaire dans plusieurs revues telles que Kid Boots en 1923 puis No Foolin en 1926.

Et la pop culture

n’est pas en reste ! En 1941, le cartoon Tex Avery, Hollywood Steps Out, revisite la célèbre danse de Sally Rand de manière comique. On peut y voir un cartoon de Sally Rand, rebaptisée Sally Strand, danser avec son ballon géant qui bien sûr éclate !

J’ai aussi découvert cet artiste, Bond 750, sur un site de Furry, qui réinterprète la « bubble dance » avec des cartoons:

Petite anecdote, saviez-vous qu’un des producteurs de Fantasia, en lisant le script du film, a pensé que les réalisateurs avaient prévu une « bubble dance » avec une femme dénudée et non… des éléphants dansant avec des bulles de savon…

Aujourd’hui,

La maîtresse incontournable de la « bubble dance » contemporaine est, bien sûr, Julie Atlas Muz qui a remporté de nombreuses récompenses pour son travail, dont le titre de Miss Exotic World 2006. Julie Atlas Muz est l’une des figures de proue du renouveau du burlesque et l’une des artistes néo-burlesque les plus acclamées. Elle fait sauter les barrières entre la performance artistique, la danse et le burlesque et propose des numéros irrévérents, audacieux mais aussi poétiques.

Julie Atlaz Muz par Joe Mabel

Quant à sa danse de ballon intitulée « Moon River », elle est devenue une référence à part entière dans le milieu néo-burlesque ; et nous, petits français, nous avons pu la découvrir dans le film Tournée de Mathieu Amalric en 2010. Dans plusieurs interviews, Julie Altlas Muz fait part de l’aspect incertain d’une telle performance où le ballon peut éclater à tout moment. 

Julie dans le film Tournée

Depuis, d’autres artistes ont réinterprété cette danse mythique et iconique du burlesque classique, et continuent de perpétuer cet art en hommage à Sally Rand, Julie Atlas Muz et à toutes les autres.  

Show Absinthe Las Vegas – Numéro original créé par Julie Atlas Muz à la création de la revue en 2011, ici Charlie Starling.
Cours de Bubble dance en 2017 avec Jo Weldon